mercredi 18 juillet 2007

Atelier Media Rencontres de Cahors / Commentaire / Point de vue

La problématique média pour le mouvement que nous cherchons à développer est à 2 étages:

- le media du mouvement qui doit à la fois servir d'outil de communication, de débats, d'échange d'idées entre les membres du mouvement, ainsi qu' à communiquer nos informations à un public le plus large possible

- la relations aux médias institutionnels et alternatifs (TV / Radios / Presse)

1)- Le media du mouvement.
À construire à partir d'une plate-forme internet, multimédia (txts / sons / images / vidéos) il utilisera tous les outils militants aujourd'hui disponibles sur le web: Daylimotion and Co / TV perso / Flickr / Wiki / Blogger / Skype / PDF / Open publishing / Logiciels libres....

Ce qui est important ici, considérant que le site est la vitrine du mouvement, c’est de soigner cette vitrine, en termes d'ergonomie et de présentation. Le site devra être simple d'accès, agréable, ludique, ouvert vers l'Europe et le monde, donc multi-langue (Anglais / Espagnol pour commencer). Il doit être étudié en fonction de l'information (contenu) à véhiculer et du public à toucher (catégories socioprofessionnelles / socioculturelles / tranches d'âge).

Ce média-outil devra être le plus autonome (automatisé) possible pour alléger le travail de sa gestion. Il faudra bien sûr prévoir une équipe d'animation et de dynamisation (Travail rédactionnel / Positionnement-référenciation / webmastering).

2)- Relation aux médias institutionnels.

Si dans le premier point le plus important est le contenu (choix et fabrication) et son organisation (ergonomie / déclinaisons: imprimé/son/photo+vidéo), dans la relation aux médias il s'agit de stratégie de communication.

Les médias marchants (dominants) sont aujourd'hui presque entièrement verrouillés ("berlusconisation" de l'information). Les journalistes qui les fonts vivre sont complètement soumis, et leur autocensure est devenue l'instrument principal du contrôle de l'information. Grâce à la servilité de leurs employés les patrons de presse n'ont même plus à exercer la censure, elle est intégrée dans le profil des charlots qu'ils emploient. Dans ce qui reste du service public, les dernières poches de résistance sont en train d'être éliminées.

La situation n'a jamais été aussi dramatique en terme d'information.

Il est clair que nous ne pouvons pas compter sur ces médias, ils ont pour mission de désinformer sur les luttes de résistance, du G8 à Oaxaca (Mexique) en passant par NYC (11 sept.) où la banlieue parisienne (Émeutes de Cergy). Il ne s'agit donc pas de constater qu'ils ne sont pas nos "amis" mais qu'ils sont bel et bien nos "ennemis". Il ne faut donc pas attendre d'eux qu'ils répercutent nos CP (Communiqués de Presse), encore moins à leurs commentaires spontanés sur nos idées et nos actions. Il faut bien intégrer que ces médias ne sont pas là pour vendre de l'information à leurs lecteurs, mais pour vendre des clients à leurs annonceurs.

Nous ne pouvons pas, nous ne devons pas compter sur eux. Nous devons, je pense, les ignorer, les dénoncer, voire les boycotter.


Les Médias (les réseaux et les actions) Alternatifs:

C'est avec eux, je pense, qu'il faut travailler, non pas parce que nous n'avons de toutes façons pas le choix, mais en essayant d'établir avec eux une vraie synergie de communication de résistance. Nous avons autant besoin d'eux, que eux de nous, dans la recherche et le développement d'autres mondes possibles (Voir Le Guide des Médias alternatifs “Devenons des médias alternatifs” de Esteban http://www.guidaltern.org - Voir: “Almanach critique des médias” de Olivier Cyran et Mehdi Ba / Edition Les arènes - Télécharger: “Parler pour les médias, se taire dans les médias “sur http://cyber-journalistes.org).

Tous ces médias sont "fragiles", ont peu de moyens, et doivent faire face à la répression et à l'épuisement de leurs acteurs. Ce sont tous des médias de résistance. Ils ont montré leurs limites depuis l'expérience "La otra campaña" de Marcos au Mexique, jusqu'au dernier G8. Mais la résistance n'a pas de mode d'emploi, elle doit s'organiser et se réinventer chaque jour.

Notre stratégie sera à développer en s'appuyant sur les flux d'informations (Indymédia / Samizdat / Bellacio .... ), sur les sites qui font un travail rédactionnel sur les flux (http://rezo.net), sur la (V)-Blog-Spère, sur la référenciation et les outils militants, sur l’intelligence de l'utilisation et du développement des "nouveaux médias".

Chacun de nous est un média (Mc Luhan), chacun de nous est un collectif (Pierre Merejkowski). Il nous faut maintenant inventer le dispositif qui portera nos idées et nos actions. On va y arriver. Enfin ... je l'espère.

Amitiés solidaires.

Alain-Gilles Bastide

5 commentaires:

Anonyme a dit…

De Pierre Labrot

Au sujet des grands media:
Leurs patrons sont massivement nos adversaires,il est un peu trop rapide de voir leurs salariés journalistes
complices systematiques.
D'autant que sur certains sujets il est impossible de trancher par oui ou non.

Par expérience il me semble que nous pouvons et DEVONS nous frotter aux grands média ,télés ou presse en repondant au coup par coup a des analyses et critiques que nous jugeons devoir analyser comme faux ou alimentant la pensee dominante.

Souvent les jeunes journalistes sont plus capables d'écoute ,parceque pas encore totalement envahi-e-s.

De plus il existe une presse qui essaie de survivre comme l'humanité
a laquelle if faut se fritter lorqu'elle nous deforme ou deploie des erreurs.

Ce qui est le cas à cette heure pour les communistes Bovéeistes attaqués sans arguments.
Sur d'autres plans notemment la crétion artistique il faut ETRE OFFENSIFS.

Avec Nathalie Harran,nous essayons de pondre une analyse de Anthelm Kiefer qui se frotte a celle de Maurice Ulrich (humanite) et tous les applaudissement visant une vision du CHAOS.(Exposition du grand palais 75008 qui vient de se terminer).

J'avais commencé a traiter une critique par des textes sur Prigogine au début de la campagne.

Le front culturel est de plus en plus ENVAHI par la pensee DOMINANTE ,mais au MICRONIVEAU IL EST TRES ACTIF CONTRE.
Et c'est la que nous pouvons intervenir en montrant la richesse du local,et la PERVERSE VISION DU MEDIATISANT GLOBAL.

Au sujet du grand palais:

Renové il est devenu un grand instrument du pouvoir culturelo-politique,alors qu'il fut longtemps le siège de salons de peinture donnant une idee large de la production picturale.

Il devient l'instrument d'une pompe officielle.

Parmi les lieux qui se battent:paris-art.com (journal web).

PL

Pascal a dit…

Pour information.

Bellaciao est le censeur le plus véhément que je connaisse sur la toile. J'ai moi-même été censuré à deux ou trois reprises lorsque j'exprimais des positions favorables à Cassen et Nikonoff. D'après ce que j'ai pu comprendre [1], ce site participe activement à la bataille interne au PC en usant de procédés guère dans l'esprit fraternel censé présider aux destinées du mouvement altermondialiste que nous appelons de nos voeux.

Alors est-il opportun de considérer ce site comme une source susceptible d'alimenter "le média" alternatif à construire.

1] http://socio13.wordpress.com/2007/07/21/la-diffamation-merite-les-tribunaux/

Cahors a dit…

Clap, clap,

le cite bellaciao censure depuis cet été, mais avant, c'était pas mal.

Et un grand merci à nos censeurs, le noyau de départ des Electrons Libres s'est rencontré justement grâce à la censure de CIA O BELLA, sans eux, nous n'aurons sans doute pas pu nous rencontrer, travailler ensemble et lancer la pétition Bové.

Alors : UN GRAND MERCI A NOS CENSEURS, de nous avoir fait nous rencontrer.
Sousmarinvert

Pascal a dit…

Pour info, la censure chez Bellaciao c'était dès l'été 2006 en ce qui me concerne. Et pour d'autres ça a l'air gratiné [ http://tinyurl.com/2zzlbk ]

Précision : je ne suis membre d'aucun parti, j'ai voté et mené campagne pour le candidat Bové.

Anonyme a dit…

Pascal a dit...

"positions favorables à Cassen et Nikonoff."

au secours ! vous publiez les stals ici ???