mardi 17 juillet 2007

sexisme et machisme chez les électron-e-s

Marre de cette société !
Qui opprime les Trans, les Lesbiennes, et les Gays !
Qui engendre les Cathos, les Machos, et les Sarkos !
Gay parade 2007

Contribution de Nathalie Harran qui a souhaité qu'elle soit communiquée aux participants des Rencontres de Cahors

Dans un groupe de personnes considérées comme éveillées et conscientes je ne m’attendais pas à trouver un tel niveau de machisme, ce qui rend mon engagement impossible dans ce groupe tel qu’il est constitué et tel qu’il fonctionne. J’ai pu identifier, dans notre organisation d’électrons libres, les effets de la même « modernité époustouflante » de la conception des pouvoirs que les électrons dénoncent vigoureusement par ailleurs. Là, encore, une certaine parole a plus de poids que d’autres. Et comme d’habitude, celle des femmes est située au dernier échelon. Bien entendu, une femme en colère est forcément « hystérique » mais un homme qui tape du pied par terre, emporté par sa colère, est un homme politiquement engagé.

[........]

Suite


2 commentaires:

Cath a dit…

Dans le genre:
Lors de réunions, lorque je suis à coté de Richard (mon copain donc) que nous demandons l'un et l'autre la parole, j'ai eu la surprise de remarquer qu'une fois qu'on la lui a donnée, on considère que mon tour est passé...Que dans les esprits mon temps de parole et le sien soient confondus... La réciproque n'est pas vrai... à méditer...

Anonyme a dit…

Je suis heureux qu'il y ait enfin une parole sur des questions que je me pose depuis février dernier.
En tant que gay, l'impression que m'a laissé cette campagne est un vide et je pense que les gens de la "communauté homosexuelle" (quel mots effroyables!) n'ont dans l'ensemble, pas été interpellés par la candidature Bové ou que cette campagne les a peut-être laissé aux oubliettes.
En plus je crois ce milieu ambiant militant un peu deletere pour nous (eux).
J'observe entre autre que dans les réunions de collectif le mot "pédé" est assez souvent prononcé ou que des vannes graveleuses abreuvent quelque fois le sujet. Rien de méchant bien entendu... Sauf que j'en ressens la même chose que ce que doit probablement ressentir une femme entendant des propos machos: le sentiment d'être "étrangéifié(e)".
Il est un fait que ce qui paraît être chez les uns une forme d'humour anodin, ravive chez les autres une blessure jamais cicatrisée.

A propos, les indiens du Chiapas (d'après ce que j'en lis) nous devancent largement, sur ce thème du respect des minorités sexuelles, mais aussi sur bien d'autres qui nous sont chers: telles que solidarité, convivialité...
Peut-être aussi qu'ils n'ont trouvé les mots qu'après les avoir expérimentés...

Quand à ces affiches: pathétiques et confondantes; j'avoue malheureusement n'avoir pas tilté, ce qui me consterne doublement.

J'espère que l'intervention de Nathalie, suscitera un état des lieux et une remise en cause.
merci à elle.

François (46)